Carnet de voyage #5


Vous avez dit « Football » ?!

            Il y a d’abord cette photo… une vingtaine d’enfants qui viennent nous retrouver après une partie de ballon près de l’église de Niangoloko.

            Ils posent fièrement, à la façon des grands autour d’un ballon déjà bien râpé, le leader en maillot vert et rouge du Burkina. De la vraie graine de champions !

            Nous sommes arrivés quelques moments plus tôt, invités à un temps de rencontre et de prière. Le rendez-vous est à 9 h, mais les impératifs européens ne sont pas si rigides en Afrique… (vous avez la montre, nous avons le temps…).

            La petite bande de gamins, nous voyant inoccupés, vient à notre rencontre avec une curiosité bien orientée…, nous parlons de l’école, de ce match de foot qu’ils viennent de jouer, de leurs espoirs, de leurs désirs d’avenir aussi.

            Que l’on vive en Afrique ou ailleurs, quel rêve peut-on formuler quand on a dix ans ? devenir footballeur professionnel, pour la célébrité et l’argent… et pour réaliser cet espoir, il faut commencer par être bien équipé.

            Les yeux brillants de leur projet, ils nous demandent de les aider à rejoindre leur rêve : « On aimerait bien des beaux ballons, nous disent-ils, des maillots de vedettes ou celui du Burkina ; ça serait bien aussi de trouver des vraies chaussures et des chaussettes pour devenir champions… »

Bref, vous avez compris, il leur faut la panoplie complète du joueur de football… hormis le short qu’ils ont oublié dans l’excitation du moment !

            Ce fut une rencontre joyeuse, vivante comme le sont les partages avec les enfants, un pur rafraichissement qui va droit au cœur.

Ce fut aussi un moment particulièrement touchant quand les deux ou trois petites filles présentes de ce groupe nous ont, elles aussi, sollicité en demandant d’une voix toute timide : « et nous, on aimerait bien de jolies poupées… »

Football encore !!!

 

            Un peu plus tard dans la journée, nos amis Victorien et Solo, nous emmènent dans leur véhicule personnel découvrir les belles réalisations autour de Niangoloko.

            D’abord, nous passons dire un petit bonjour à notre cher prof d’anglais. Il vient d’ouvrir son propre lycée d’enseignement privé. Le gouvernement burkinabé soutient de telles initiatives.

Notre ami nous reçoit toujours parfaitement cravaté. Il nous fait les honneurs de son établissement avec beaucoup de fierté. Sachant combien de sacrifices cette réalisation lui a couté, nous sommes admiratifs. A notre départ, il nous offre les premières chemises d’uniforme de sa nouvelle école.

           

Nous continuons le chemin vers un autre centre de formation. Il est distant de quelques kilomètres sur une piste digne des routes de l’impossible … ce qui devait arriver arriva, la petite berline Toyota de Solo est brutalement stoppée dans un « nid d’éléphant ». « Je crois qu’il y a un disfonctionnement » nous dit-il dans un français d’une rare élégance !!!

            Nous laissons la voiture sur place et continuons à pied. Quelques centaines de mètres plus loin, nous découvrons toute une équipe d’ouvriers et un énorme profileur activé à préparer deux impressionnants terrains de foot au milieu de nulle part.

            Juste à côté, nous découvrons des bâtiments en construction déjà bien avancés. Nous sommes invités à visiter. Il s’agit de la future école de foot où des jeunes seront pensionnaires. Ils recevront à la fois une formation sportive et une orientation professionnelle. Certains pourront envisager une carrière sportive, les autres sortiront avec un métier dans les mains. C’est l’objectif des promoteurs de ce projet.

            Cet établissement sera un lieu de vie très agréable. Les jeunes qui y seront formés bénéficieront d’un confort peu habituel dans ce pays.

L’école espère découvrir quelques talents qui feront sa réputation et sa richesse. Nous aurons toujours besoin de M’Bapé ou de Lilian Thuram pour nous faire rêver et renforcer les équipes de notre vieille Europe.

            La visite terminée et la voiture sortie de son ornière, nous rentrons à l’auberge ravis de ces belles rencontres.

Football toujours !!!

 

            C’était lors de notre premier séjour au Burkina. La fête de la paroisse se termine en apothéose… un match de foot mémorable. L’équipe dirigeante de la paroisse (prêtres, religieuses, laïcs engagés, catéchistes…) affrontent l’ensemble des paroissiens. Les joueurs se remplacent progressivement sur le terrain quand les premiers sont fatigués. L’important c’est que tous participent et donnent le meilleur d’eux-mêmes.

            Victorien, en Mr Loyal, se charge de donner l’ambiance grâce à une sonorisation aussi bruyante que celle du stade de France.

Tous jouent, rient, les enfants courent partout, c’est la fête.

Quand il y a changement de joueur, il y a aussi échange de chaussures ; « tu me donnes tes baskets, je te prête mes tongs » …

Il y a aussi quelques entrées non contrôlées sur le stade, l’équipe des prêtres gagne finalement le match… de la quantité de joueurs sur le terrain… quatorze contre onze, l’arbitrage ayant quelque peu fermé les yeux…

            Bref, un moment très joyeux tel que savent les créer nos amis africains, dans le rire, la fraternité, et l’oubli des moments plus difficiles qu’ils retrouveront inévitablement le lendemain.

Football toujours et encore…

            Nous avons découvert les rêves des petits, les espoirs des adolescents et la générosité des adultes qui se donnent sans compter.

Tous ont besoin de tout, mais nous avons été particulièrement sensibles au sourire des enfants. Ils sont l’espérance de ce beau pays. Ils donnent envie de les porter, de les faire grandir et surtout de leur faire plaisir…

Sans nous engager pleinement, nous leur avons promis d’essayer de leur rapporter cette belle panoplie du football.

Imaginez leur fierté d’être « comme des grands », leur plaisir de ressembler à leurs champions…

Imaginez aussi leurs yeux souriants encore plus généreusement…

        Alors, merci de nous aider, merci de nous ouvrir des portes.

Nous ne connaissons pas le monde du football, mais peut-être certains d’entre vous, proches de ce milieu, peuvent nous guider et donner beaucoup de joie à ces enfants pleins de vie.

Sans oublier, bien évidemment le désir de ces petites filles qui aimeraient bien jouer à la maman avec de jolies poupées…

André

 

 

 

 Ceci est le cinquième article de notre rubrique Carnet de voyage : nous voulons a travers ces articles vous parler plus en détails de la culture, du patrimoine et du mode de vie burkinabé. Si vous êtes déjà allé au Burkina Faso et que vous souhaitez nous parler de votre voyage, n’hésitez pas à nous contacter par email : fassolepernay@gmail.com 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.